Un peu d'histoire...

 

Hiver 840/841, Paviken, île de Gotland, au large de l'actuelle Suède.


  Au hasard des rues de cet important port de commerce, nombreuses sont les rencontres.

On y trouve aussi bien des pêcheurs que des fermiers, des varègues en partance pour la Route de l'Est ou bien des aventuriers.
Ici les cultures se mêlent, comme les populations, on y trouve aussi bien des scandinaves que des slaves ou des germains voire même des arabes venus de l'Est lointain par voie fluviale.

C'est dans cette atmosphère que se sont faites les premières rencontres. Celles qui allaient donner naissance à une bande de mercenaires.

Mais telle ne fut pas leur première intention. Au départ, ce furent des marchands qui s'embarquèrent à bord d'un knörr pour l'Ouest. Direction Angleterre et la Frise pour de riches échanges avec les royaumes occidentaux. Leur cargaison était essentiellement constituée de fourrures et de laine et ils espéraient en l'échanger contre des armes, du vin, de la verrerie et des bijoux (argent et autres).


Ainsi s'embarquèrent Smali, Olaf et quelques autres. Leur voyage, qui dura du printemps à l'automne 841, les mena à Ribe (Danemark), à Dorestad (Frise), à Utrech, ainsi qu'en Est-Anglie (Angleterre). Ils retirèrent grande richesse de cette expédition, mais elle leur coûta aussi fort cher et le profit fut mince. Mais ils ramenaient avec eux un trésor de connaissance et le long du chemin du retour vers la Norvège une idée fit son chemin au sein de l'équipage. Allait-on seulement continuer à négocier ? Pourquoi ne pas agrandir notre entreprise et faire main basse sur tout les biens sans défense, tout en continuant à commercer ? Les abbayes et autres monument chrétiens débordent de richesses et le grand empire est frappé par de nombreuses querelles intestines, isolants les seigneurs, pourquoi pas après tout...

L'hivernage se fit dans la baie d'Oslo. La troupe s'agrandit de plusieurs nouveaux vikings, rencontré ici en Norvège. Au printemps 842, les marchands guerriers s'embarquèrent sur un langskip qu'ils armèrent en conséquence. La décision était prise, ils allaient mener une expédition viking.

D'après d'autres vikings rencontré durant l'hiver, une vaste île nommée Irlande était la proie la plus facile que l'on puisse trouver à l'Ouest. Il  n'en fallut guère plus pour décider les hommes. Ils atteignirent Dublin, important établissement viking pour qui souhaite piller l'île, par les îles Shetland, Orcades puis Hebrides. La troupe passa l'été à piller les riches monastères irlandais, mais à l'automne un temps défavorable les retint à Dublin et l'hivernage se fit sur place.

Au printemps 843, le langskip cingla vers le Wessex, riche royaume du sud de l'Angleterre. Moult ravages furent faits et la côte entière fut écumée jusqu'en Est-Anglie. A la mi-été, les vikings choisirent de repartir vers le sud en longeant une autre côte, celle de la future Normandie. De nouveau les coffres à bord furent remplis et cela les mena en Bretagne. L'automne fut passé dans les églises, abbayes et autres riches villes bretonnes. Lorsque l'hiver arriva, ils s'établirent avec beaucoup d'autres équipages vikings sur l'île de Noirmoutier.

C'est avec trois navires et de nombreux hommes que la troupe descendit les côtes d'Aquitaine en l'an 844. Leur expédition les mena jusqu'à l'embouchure de la Garonne qu'ils remontèrent, jusqu'à une ville nommée Toulouse. Ils se trouvèrent alors au milieu d'une guerre entre un certain Charles, dit le Chauve et Pépin II d'Aquitaine, roi dépossédé en plein révolte.


La rencontre avec ce dernier ne tarda pas. Contre la promesse d'une forte rémunération, Pépin II engagea les vikings dans son armée. Peu après l'armée de Pépin II fut acculée dans Toulouse, contrainte d'encaisser un siège. Nombre de vikings comme d'Aquitains y périrent. Nombreux furent les scandinaves férus de mer et d'espaces traumatisés par l'expérience du siège.

En 845, Pepin II et Charles le Chauve conclurent une paix et les vikings furent libérés de leur contrat. Affaiblis et désœuvrés ils reprirent leur expédition de l'année passée en remontant encore plus avant la Garonne.

Olaf à la parole tranchante, émissaire de la compagnie.

 

En ligne de bataille

 

Paraîtra encore

Le loup devant toi

...

Prends-le pour ton frère

Car le loup connaît

L'ordre des forêts

...

Il te conduira

Par la route plane

Vers un fils de Roi

Vers le Paradis

                                           Chant mortuaire Roumain 


Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×